Comment répondre à la question « Comment gérez-vous les conflits ? » durant un entretien d’embauche.

Accueil » Recherche d’emploi » Entretien d'embauche » Parler des conflits rencontrés au travail.

Comment répondre à la question « Comment gérez-vous les conflits ? » durant un entretien d’embauche.

En matière de conflit au travail, je suis certain que vous avez déjà pris votre part de misère. Entre les personnes qui provoquent des conflits parce qu’elles craignent de se voir enlever le pain de la bouche, celles qui ignorent les bonnes manières et celles qui ont une personnalité déséquilibrée, je suis certains que vous ne manquez pas d’anecdotes à raconter.

Pourtant il n’est pas simple d’aborder ce sujet durant un entretien d’embauche. L’exercice est complexe parce qu’il nécessite d’aborder une question particulièrement pénible sans commettre les erreurs classiques des candidats :

– se faire passer pour la victime,

– prendre le rôle du bourreau,

– sortir du cadre professionnel,

– manquer de sincérité.

L’objectif de cet article est de vous donner quelques pistes de réflexion pour vous aider à être serein si vous devez aborder la question des conflits au travail durant un entretien de recrutement.

1. Essayer d’esquiver la question.

La perfection n’est pas de ce monde alors n’essayez pas de vous faire passer pour une personne qui n’a jamais rencontré de conflits au travail. Vous ne tromperez pas les recruteurs.

Ils savent qu’au travail les causes de conflits ne manquent pas :

– l’absence de communication,

– les intérêts, les opinions et les objectifs divergents,

– le manque de respect et de considération,

– l’incompatibilité des personnalités,

– les mauvaises conditions de travail,

– la simple bêtise qui caractérise parfois l’être humain.

– l’absence de communication,

– les intérêts, les opinions et les objectifs divergents,

– le manque de respect et de considération,

– l’incompatibilité des personnalités,

– les mauvaises conditions de travail,

– la simple bêtise qui caractérise certaines personnes.

Mon conseil :

Soyez honnête… Soyez lucide…

Il est tout à fait normal que vous ne soyez pas franchement enthousiaste à l’idée de parler à un recruteur des moments désagréables de votre vie professionnelle. Cela étant dit, durant un entretien d’embauche (et de façon générale durant tout le processus de recrutement), votre mission principale consiste à informer, lever les doutes et rassurer afin de permettre au recruteur de prendre une décision qui vous sera favorable.

Important : Le fait de donner l’impression que vous essayez de cacher quelque chose à un recruteur ne fera qu’attiser la méfiance et les doutes. Vous vous doutez bien que la conséquence sera l’échec de votre candidature.

2. Se laisser submerger par les émotions.

Parfois les conflits au travail prennent une dimension personnelle. Dans ce cas, des émotions puissantes comme la colère, la déception, le ressentiment ou l’amertume peuvent prendre le dessus et obscurcir votre capacité de jugement.

C’est l’un des problèmes que les recruteurs cherchent à détecter quand ils vous demandent de parler des conflits que vous avez rencontré au travail.

Mon conseil :

Quand un employeur qui recrute vous demandera de parler des conflits que vous avez rencontré dans votre vie professionnelles, ne commettez pas l’erreur de laisser vos émotions négatives remonter à la surface. Parlez du problème avec calme et détachement, restez factuel et dites :

– ce que vous avez ressentit,

– comment vous avez réagit,

– les conséquences positives de votre réaction sur la résolution du conflit.

C’est tout, le recruteur ne veut pas en savoir plus.

Important : Pour réussir à contenir vos émotions, je vous recommande de parler d’un conflit qui ne vous fait plus souffrir, d’une blessure qui s’est refermée.

Conclusion.

Utilisez les commentaires ci-dessous pour partager votre expérience et poser des questions.

Si vous souhaitez bénéficier d’un conseil particulier, cliquez ici et envoyez-moi un message.

Faire un commentaire.

Aller en haut