Les questions pièges en entretien d’embauche et leurs réponses.

Accueil » Blog emploi » Entretien d'embauche » Les questions pièges en entretien d’embauche et leurs réponses.

Les questions pièges en entretien d’embauche et leurs réponses.

Comment se préparer à répondre aux questions pièges des recruteurs ?

Dans cet article, retrouvez les questions pièges que les recruteurs vous poseront certainement en entretien d’embauche. Si vous êtes préparé à y répondre, les questions pièges deviendront de simples questions faciles à gérer.

Pendant un entretien d’embauche, les candidats (y compris moi) cherchent à séduire les recruteurs pour obtenir le poste qu’ils convoitent. Vous me direz : « Quoi de plus naturel ? », mais les recruteurs ont l’habitude et ne sont pas dupes. Ils savent comment sonder la personnalité des candidats en profondeur.

Pour y arriver, ils vont « cuisiner » le candidat avec des questions embarrassantes, des questions tests, et observer ses réactions. Dans cette situation, certaines personnes mal préparées accuseront les recruteurs de machiavélisme. Mais en fait, il faut toujours garder à l’esprit qu’un recruteur qui convoque un candidat, est intéressé par son profil et que les questions pièges font partie du processus de recrutement.

Voici un extrait du film Le couperet avec José Garcia dans le rôle d’un chômeur qui passe un entretien d’embauche avec des questions pièges :

Après cette vidéo pleine d’enseignements, entrons maintenant dans le vif du sujet.

1. À quoi servent les questions pièges ?

Un recruteur ne posera pas une question piège par simple plaisir. Pour lui, l’objectif sera d’évaluer les traits de personnalité du candidat qu’il a en face de lui :

  • lucidité,
  • motivation,
  • confiance en soi,
  • sens de la répartie,
  • intégrité, honnêteté, loyauté,
  • bienséance, politesse,
  • gestion du stress,
  • et bien d’autres choses inavouables…

Lorsque plusieurs candidats ont le même profil, les recruteurs choisissent le candidat avec « la meilleure personnalité » ce qui est totalement subjectif. Pour augmenter vos chances, il faut soigner les réponses aux questions que les recruteurs vous poseront. Mais surtout, n’oubliez pas de rester vous-même en toutes circonstances.

2. Comment répondre aux questions pièges ?

Pour commencer, gardez à l’esprit que vous vos réponses ne doivent pas durer plus de 2 minutes, car l’esprit de synthèse est une qualité appréciée en entretien d’embauche. Pour y arriver, vous devez donc vous préparer. Voici un échantillon de questions pièges parmi les plus courantes, avec un petit commentaire qui vous aidera à y répondre :

A. « Pouvez-vous me parler de vous ? » Cette question semble personnelle et c’est là que se trouve le piège. Il faut y répondre en parlant de ce que vous êtes, de ce que vous savez faire sur le plan professionnel.

B. « Pourquoi souhaitez-vous travailler dans notre entreprise ? » Cette question a pour objectif d’évaluer votre motivation, votre capacité d’intégration dans l’entreprise et vos objectifs. Pour moi, la pire réponse à cette question est « Je souhaite travailler avec vous parce que vous êtes les meilleurs. » C’est typiquement une phrase de client, ou de patron, en plus de la part d’un candidat, ça fait vraiment « lèche-botte. » Cliquez ici pour savoir comment expliquer vos motivations à un recruteur.

C. « Depuis combien de temps cherchez-vous un emploi ? » Cette question est la première d’une série qui permet au recruteur de récolter des informations importantes, par rapport au professionnalisme du candidat dans sa recherche d’emploi. Les recruteurs ont tendance à penser que les candidats travaillent comme ils cherchent du travail : soit par tâtonnement ou de façon ciblée et efficace. Elle permet aussi de préparer une éventuelle phase de négociation

Les autres questions de la série peuvent être les suivantes :

  • « Qu’est ce que cette période de recherche vous a appris ? »
  • « Où avez-vous postulé ? »
  • « Dans quelles conditions avez-vous quitté votre dernier emploi ? »

Le piège est de commencer à trop parler de ses difficultés. Quoi qu’il arrive, vos réponses ne doivent pas donner au recruteur l’impression qu’il tient votre avenir entre ses mains, sinon il se débarrassera vite de cette charge et de vous au passage. Si un patron cherche à recruter, c’est pour régler certains problèmes et pas pour en créer de nouveaux.

D. « Qu’est ce que vous allez réaliser facilement ? » C’est une question qui permet d’évaluer la mentalité et l’esprit d’entreprise d’un candidat par rapport au travail. Un patron qui a lutté durant des années pour bâtir une entreprise solide pense (certainement) que les choses faciles n’ont pas de valeur.

Vous devez démontrer que vous avez compris que rien n’est facile à obtenir et à conserver dans le monde du travail. Ensuite, il faut poursuivre en parlant des défis que vous avez réussi à relever dans vos anciens postes.

E. « Qu’est-ce qui selon vous va vous poser des difficultés à ce poste ? » Cette question permet d’évaluer votre expérience au poste à pourvoir. Pour y répondre, racontez une courte anecdote sur les difficultés rencontrées dans un ancien emploi comparable à celui que vous souhaitez obtenir. N’oubliez pas de parler des solutions que vous avez apportées aux difficultés en question. 

Si vous êtes un jeune diplômé ou débutant, répondez avec humilité et confiance en vous même avec une phrase du genre  : « Je pense que je dois encore montrer ce que je sais faire avec mon diplôme. Vous êtes d’accord ? » Le recruteur vous répondra logiquement par le mot le plus important dans un entretien d’embauche : « Oui ».

Conclusion

Il existe bien d’autres questions pièges, mais pour y répondre et éviter de faire des gaffes à l’entretien d’embauche, voici ce qu’il faut retenir :

  • Les recruteurs sont normalement bienveillants envers les candidats malgré les apparences.
  • Il faut se mettre à la place du recruteur afin de  comprendre l’objectif des questions qu’il pose et lui donner les réponses qu’il recherche.
  • Les réponses aux questions doivent être courtes.
  • Soyez vous-même et ne cherchez pas à tromper le recruteur.

Vous souhaitez partager les questions pièges que vous connaissez ?

Vous recherchez des idées pour répondre à une question particulière ?

Laissez-moi un commentaire dans le formulaire juste en dessous.


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Offres d'emploi

2017-03-28T09:55:55+00:00

5 Commentaires

  1. ela 5 septembre 2014 à 14:37- Répondre

    Merci pour ton blog plein de tuyaux utiles pour moi en ce moment. Je suis déjà tombée sur des recruteurs me demandant mes 3 qualités et mes 3 défauts. Bien sûr j’ai essayé de répondre en donnant des réponses liées au travail (je ne vais pas dire que je suis gourmande pour un poste de vendeuse) mais du coup j’ai ramé.
    Que conseilles-tu ?

  2. Cécile 11 mars 2015 à 11:28- Répondre

    J’ai eu la chance de pouvoir passer une simulation d’entretien d’embauche à la fac, et il s’est posée une question à la quelle j’ai eu le plus grand mal à répondre. J’étais face à une femme, professeur de psychologie, et un homme, RH. Le RH m’a demandé si je voulais avoir des enfants, et je ne sais pas trop comment appréhender cette question. Est ce un piège pour voir si l’entreprise devra accorder des congés maternité ? Que doit-on comprendre par cette question ? Qu’en pensez vous ? Car au debriefing, nous avons eu un débat sur le sujet, mais qui est resté sans réponse pour moi.
    Merci ^^.

    • Stéphane 11 mars 2015 à 13:38- Répondre

      Bonjour Cécile,

      Un recruteur vous demande si vous voulez avoir un enfant. Comment y répondre ?

      Je pense que l’un des principaux objectifs d’un entretien de recrutement consiste à lever les peurs du recruteur. Ici, c’est certainement la peur inavouable que dans moins d’un an vous décidiez d’avoir un enfant. Pour rassurer le recruteur, dites-lui que faire un enfant en principe ça se planifie, mais rappelez-lui gentiment que cette question est de l’ordre de votre vie privée.

      Exemple de réponse :

      Vous : Il faudrait que je passe des tests « médicaux », (ou « gynécologiques » si vous voulez vraiment appuyer sur le fait que cette question concerne votre intimité), parce que faire un enfant ça se planifie. Vous êtes d’accord ?

      Recruteur : Oui.

      Avec ce type de réponse :
      vous démontrez que vous avez la tête sur les épaules.
      vous dites que vous êtes peut-être stérile, que cela ne leur regarde pas et vous vous faites respecter.
      vous poussez le recruteur à vous dire un petit « oui ».

      • Cécile 11 mars 2015 à 20:53- Répondre

        Merci de votre réponse, et de vos pistes de réponses aux questions posé en entretient ! Votre site est une aide précieuse pour se préparer à cette petite épreuve qu’est un entretient d’embauche ^^

Faire un commentaire